Catégories
Restaurant et brasserie

Un dîner russe au restaurant Matryoshka à Moscou

Dans l’ombre de l’emblématique hôtel Radisson Royal de Moscou, et en plein cœur du quartier historique et d’affaires de la ville, se trouve le restaurant Matryoshka à deux étages de la Maison Dellos. Il a ouvert ses portes en février 2017 sous la supervision de Vlad Piskunov, auteur de divers livres de cuisine et présentateur de plusieurs émissions culinaires à la télévision, ainsi que l’homme derrière le projet historique et gastronomique «Moscow Dinners».

Le design intérieur du restaurant s’inspire des années 1920, l’époque des «palais industriels» qui étaient autrefois populaires à Londres et à New York.

L’intérieur du «Matryoshka» combine harmonieusement les tendances de la mode moderne, des éléments d’antiquité et des motifs industriels tels que des escaliers et des rampes en fonte faits sur mesure, des lampes et des carreaux vieillis, ainsi qu’une cheminée et une boiserie anciennes. Vous trouverez également de grandes fenêtres panoramiques offrant une vue sur la Moskva et une cuisine ouverte.

Le bar a été récupéré dans une pharmacie française et est dirigé par Denis Kryazhev, le chef mixologue de la Maison Dellos – l’un des meilleurs mixologues de Russie, et lauréat du Diageo Reserve World Class 2012 et du Bartender of the Year 2013 selon le magazine GQ. La carte des vins comprend environ deux cents références, l’accent étant mis sur les vins plus anciens des régions du nord et, bien sûr, sur une grande sélection de vins russes.

diner russeLe menu est centré sur les meilleurs produits de différentes régions de Russie, comme le saumon blanc de Yakoutie, le sandre de la Volga, le saumon de Mourmansk, la noix noire du Caucase, les baies de nuage d’Arkhangelsk, le miel de l’Altaï, etc. L’accent est mis sur la nourriture des 19e et 20e siècles – les produits russes locaux et la cuisine russe traditionnelle, tout en ayant une touche contemporaine qui la rend toujours pertinente aujourd’hui.

Les boulettes de pâte – quelque chose que je n’avais pas encore associé à la cuisine russe – ont été un véritable point fort pour moi. Sur la photo, des quenelles de porc et des quenelles de Saint-Jacques ; ces dernières, farcies de Saint-Jacques de Sakhaline, de chou frisé et de sauce d’huître, étaient particulièrement bonnes.

Le saindoux (salo) avec oignon, pain brun et moutarde était également proposé. J’ai réessayé mais j’ai encore besoin d’être convaincu avec celui-ci !

Pour mon plat principal, j’ai pris le « carré d’agneau avec porridge » – carré d’agneau « avec porridge de sarrasin, racines et pommes cuites au four trempées » , la douceur des pommes complétant bien le plat.

J’ai renoncé au dessert, mais le menu comportait des tentations telles que le ‘pain d’épices aux baies et au fromage blanc’ et le ‘gâteau pommes-amandes avec de la glace’.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *