nord du pérou
Voyager en Amérique

5 bonnes raisons de visiter le nord du Pérou

Le nord du Pérou a été négligé par les visiteurs occidentaux pendant des années, souvent délaissé au profit du sud plus développé et de l’attrait du Machu Picchu. Mais les temps changent, et le nord du Pérou, peu connu, est en train de devenir rapidement l’une des destinations montantes de l’Amérique du Sud.

Les spécialistes du Pérou d’Audley sont des spécialistes du tourisme. Certains des spécialistes du Pérou d’Audley ont récemment fait un voyage dans la région, et ils ont tenté ici de définir sans ordre particulier les lieux et les expériences qui leur ont particulièrement parlé. Pensez à des ruines à peine excavées et incroyablement éloignées, à une ville coloniale pittoresque pour rivaliser avec Cuzco (sans son agitation concomitante) et à des paysages vierges et bruts où l’avifaune prospère.

Le complexe de temples d’El Brujo

À une heure environ de Trujillo, on quitte la route pan pour s’engager sur une route secondaire qui serpente entre des mers ondulantes de canne à sucre et des plantations d’asperges trapues. Soudain, la verdure redevient brusquement désertique, et le Temple Cao – un complexe de pyramides à degrés créé par la culture Moche – apparaît, encadré par la vaste étendue grise de l’océan Pacifique. C’est un site archéologique à la position improbable, surgissant du milieu de nulle part, et les découvertes qui y sont faites sont tout aussi inquiétantes et intrigantes que son nom (« le sorcier »).

La tradition Moche consistait à construire sur et autour du temple de la génération précédente, si bien qu’aujourd’hui la structure principale se déroule devant vos yeux comme une série de pyramides emboîtées. Les frises sculptées qui décorent chaque couche, aujourd’hui bien délavées, sont encore d’un détail criard : l’une d’elles montre une bande de prisonniers enchaînés, une autre le visage diabolique du dieu Moche Ai Apaec, son visage criard et denté entouré d’araignées.

En pénétrant plus profondément dans le complexe, vous verrez plusieurs tombes jonchées de bois flotté de caroubier desséché, jusqu’à ce que vous arriviez à celle du résident le plus célèbre du site : une femme prêtre chamanique. Elle a été retrouvée enterrée dans l’un des étages supérieurs du temple, les restes d’une jeune femme de 15 ans étranglée à ses côtés, et les murs autour de sa sépulture présentent les bas-reliefs les plus complexes du lot : autrefois peints dans des tons primaires vifs, ils représentent des dessins géométriques de pélicans et de poissons à l’allure étrangement contemporaine.

La Dame de Cao a été retrouvée à l’extérieur du site. Juste à l’extérieur du site, enfermé dans un musée si lourdement fortifié qu’il ressemble à une chambre forte de banque, se trouve la dépouille momifiée extrêmement bien conservée de la Dame. Si bien conservée, en fait, que vous pouvez voir que ses membres étaient autrefois ornés de tatouages d’animaux.

Cajamarca

Cajamarca a des airs de Cuzco. C’est une ville coloniale bien préservée qui se blottit sous de hautes chaînes de montagnes dans une vallée abritée, et elle est ponctuée d’un noyau historique de rues pavées ainsi que d’une grande place centrale à façade de cathédrale qui est parée d’une fontaine et de parterres de fleurs. Cette place est une sorte de salon en plein air, où les habitants viennent s’asseoir sur les bancs ou sur l’herbe, fumer, discuter et jouer avec leurs enfants. Mais contrairement à Cuzco, elle n’a pas encore été envahie par les visiteurs étrangers. Vous entendrez certainement plus d’espagnol que d’anglais ici.

La zone centrale compte plusieurs endroits intrigants, d’un musée consacré à l’art religieux andin du 16e au 18e siècle, à un ancien complexe hospitalier du 18e siècle. (Cherchez les niches construites dans les murs qui servaient de chambres aux patients). La cathédrale, quant à elle, possède un autel ostentatoire de style churrigueresque.

La plus insolite de toutes est la coquille d’une pièce inca construite en maçonnerie tessellée immaculée, la Cuarto del Rescate (salle de la rançon). C’est cet espace que l’empereur inca Atahualpa promit de remplir d’or en échange de sa liberté. D’autres ruines liées à l’Inca subsistent également : à quelques pas de la Plaza de Armas se trouve la colline de Santa Apolonia, où vous trouverez une pierre autrefois censée avoir été utilisée par les Incas pour des sacrifices.

Puis, un trajet de 45 minutes en voiture dans les montagnes (et ensuite une petite randonnée en coup de vent) vous amène aux vestiges bien restaurés d’un aqueduc ou canal sacré pré-inca, Cumbe Mayo. Veillez à le visiter le matin (la pluie et le vent peuvent s’installer dans l’après-midi). Par endroits, vous verrez comment le canal a été creusé à travers de vastes blocs rocheux, un exploit quand on sait que seuls des outils en obsidienne et en grès étaient disponibles.

visiter pérou

Circuits pédestres panoramiques et possibilités d’observation des oiseaux

Si vous voulez vraiment voyager dans le nord du Pérou, vous devez être prêt à faire de longs trajets en voiture. Mais ce n’est pas une mauvaise chose : il y a souvent beaucoup de choses à voir.

Dans les hautes terres, notamment en route vers la région de Chachapoyas, vous aurez droit à de vastes panoramas andins, à des flancs de montagne mouchetés d’indigo et de rose de jacarandas et de bougainvilliers sauvages, et à de petites vignettes de populations locales qui tissent au bord de la route. Vous les verrez peut-être transporter du bois de chauffage (ou des récoltes, ou leurs bébés) dans des châles aux motifs en zigzag lumineux, ou mener le bétail. Parfois, le bétail s’absente un peu : il est normal de croiser un couple de poneys, quelques bovins, des cochons et des chèvres en négociant les routes de montagne. Ils sourient à peine lorsque vous passez à côté d’eux.

Dans d’autres régions, les routes sont si calmes que votre guide peut vous suggérer de sortir et de marcher un peu. Parfois, si vous jetez un coup d’œil dans les parois rocheuses voisines, vous verrez les tunnels des tarentules, leurs entrées maillées d’une épaisse toile blanche. Vous pourriez les apercevoir en train de se saborder sur la route.

De vastes étendues du nord du Pérou offrent également des possibilités d’observation ornithologique de premier ordre, qu’il s’agisse de rechercher le colibri à queue de spatule dans la forêt de nuages de la région de Leymebamba et de Chachapoya, ou d’observer l’avifaune qui habite la forêt sèche plus proche du littoral poussiéreux du nord. En explorant les sites archéologiques du désert, vous avez de bonnes chances d’apercevoir des chouettes des terriers et des moucherolles vermillons. L’oiseau national du Pérou, l’insaisissable coq de roche, habite également les forêts autour des cascades de Gocta (près de Chachaopyas) : le plumage de sa tête écarlate, semblable à une flamme, est encore plus éblouissant dans la réalité.

Kuélap

Surplombant un escarpement dans une grande cuvette de montagnes boisées, le point d’observation stratégique de Kuélap et ses immenses murs de calcaire remblayés de 20 m laissent penser que ce site construit par les Chachaopoya était autrefois une forteresse. Mais la découverte de nombreux restes humains oriente vers une autre théorie : un pôle cérémoniel ou religieux, voire une nécropole.

Puis, au milieu de ses rotondes et tours de guet en pierre sèche aux allures de conte de fées, vous trouverez les vestiges d’une kallanka (maison longue) et d’un usnu (plateforme cérémoniale). Ces deux dernières sont des structures incas, plutôt que chachapoyennes, ce qui suggère que le rôle de Kuélap a changé au fil du temps : les Incas ont-ils envahi le site ?

Quelle que soit sa fonction, le site a son propre fret de mythes. Un géant aurait sauté par-dessus un col de montagne et y aurait exécuté 130 personnes d’un seul coup de marteau sur la tête. Bien plus tard – alors que ce mythe était déjà largement connu des populations locales – un archéologue allemand a découvert les restes de 130 personnes enterrées sur le site. Tous semblaient être morts d’un seul coup de marteau sur le crâne.

Kuélap se visite de préférence à la première heure du matin, avant le premier afflux important de visiteurs qui arrive vers 11 heures. Un téléphérique vous emmène au-dessus d’un ravin de montagne béant jusqu’au pied du site, et comme c’est le premier du genre au Pérou, il attire de nombreux touristes nationaux désireux d’expérimenter la sensation de ce mode de transport.

Randonnée vers les chutes d’eau de Gocta

Bien que relativement accessibles via un trajet de 45 minutes en voiture depuis la ville de Chachapoyas, les cataractes à deux niveaux de Gocta donnent l’impression d’être éloignées, comme si vous regardiez le point final voilé d’une histoire de Boy’s Own Adventure. Aperçues pour la première fois depuis le hameau de Cocachimba, elles dévalent une paroi rocheuse exposée. Le chemin qui mène à leur piscine à débordement vous fait traverser une forêt tropicale dense en fougères arborescentes et en lianes, passe rapidement devant les vestiges délabrés de petites exploitations, traverse des ravines et des ruisseaux, et grimpe et descend plusieurs pentes abruptes.

Une fois arrivé au bassin de plongée, les puissants torrents d’eau qui tombent en cascade font qu’il est impossible de s’approcher du bassin sans se faire tremper. Au lieu de cela, vous pouvez choisir d’admirer le spectacle depuis un point de vue plus élevé, tout en écoutant votre guide raconter l’histoire d’une sirène qui aurait autrefois habité les profondeurs troubles de la piscine. Aujourd’hui encore, certains habitants superstitieux ne veulent pas y mettre les pieds.