Catégories
Comparateur de prix 

5 façons d’économiser de l’argent sur le prix des billets d’avion

Vous avez parfois l’impression d’être pris de vitesse par les compagnies aériennes ou d’être pressé de chaque centime sur le prix des billets ? Les compagnies aériennes ont des moyens sournois de gonfler le prix de leurs billets, qu’il s’agisse d’arrondir les taxes et les frais ou de facturer un supplément pour les changements de vol ou les bagages enregistrés. Parfois, on a même l’impression que les prix des billets changent sous vos yeux, ce qui vous pousse à faire la chasse aux tarifs plus élevés.

Les compagnies aériennes jouent à l’équilibriste avec le prix de leurs billets en fixant des prix suffisamment bas pour remplir le plus de sièges possible, mais suffisamment élevés pour engranger un maximum de bénéfices. Par conséquent, les tarifs peuvent changer plusieurs fois avant le décollage – même dans la même journée – rendant le processus d’achat imprévisible pour le passager. Contrairement à de nombreux autres produits et services, deux personnes peuvent payer des prix très différents pour exactement la même marchandise : un siège d’avion.

Les frustrations liées à l’imprévisibilité des achats de billets d’avion sont courantes. Il existe quelques moyens d’économiser sur les achats de billets, ainsi que des réformes attendues depuis longtemps pour vous aider à vous défendre. Voici cinq conseils pour économiser de l’argent et des propositions de réformes pour aider à égaliser les règles du jeu pour les voyageurs du monde entier et à vous éviter d’être dupés lors de votre prochain achat de billet :

1. Évitez les compagnies aériennes avec des frais de «surcharge» lorsque vous utilisez des miles

Vous remarquerez peut-être des frais supplémentaires pour les « surcharges carburant « – également appelées « surcharge imposée par le transporteur « ou « surcharge internationale « – sur votre billet d’avion. Malgré la croyance populaire, ces frais supplémentaires ne sont ni des taxes imposées par le gouvernement ni même des coûts directement associés au carburant. Au lieu de cela, ces frais supplémentaires ne sont en réalité que des couvertures pour les compagnies aériennes afin de protéger leurs bénéfices en cas de hausse des prix du pétrole, des frais de contrôle du trafic aérien ou des paiements du système d’échange de quotas d’émission.

Alors que la plupart des passagers tiennent simplement compte de ces suppléments dans le coût de leurs billets, les grands voyageurs utilisant des miles aériens sont ceux qui se font vraiment escroquer. Généralement, les points de fidélité ne peuvent être échangés que contre des tarifs de base, le reste – les surtaxes et les taxes gouvernementales – doit être payé avec de l’argent plutôt qu’avec des miles. Par conséquent, déclarer que cette couverture ou ce coût des marchandises vendues est en réalité une «surcharge», et ne fait pas partie du tarif de base, signifie que les voyageurs fréquents utilisant des miles doivent payer de leur poche ces coûts, ce qui peut devenir assez coûteux.

Conseil d’économie n°1 : Certaines compagnies aériennes facturent davantage ces frais de «surcharge» que d’autres, et certaines ne les facturent pas du tout. Si vous prévoyez d’utiliser des miles aériens pour vos billets d’avion, identifiez les compagnies aériennes dont les frais de surcharge supplémentaires sont faibles ou nuls afin de maximiser vos miles.

2. Soyez créatif avec les restrictions de transfert de billets

Si vous achetez un billet pour un événement sportif ou un concert et que vous ne pouvez pas y assister, vous pouvez revendre votre place à un autre acheteur. Pourquoi ne pouvez-vous pas faire cela avec les billets d’avion ? Les compagnies aériennes invoquent des problèmes de sécurité concernant les changements de nom sur les billets ; cependant, les défenseurs des consommateurs affirment que les systèmes de sécurité, tels que le système de l’administration e de la sécurité des transports, Secure Flight, sont parfaitement capables de contrôler les passagers des compagnies aériennes qui ont revendu des billets d’un autre passager.

Il n’y a aucune raison pour qu’un consommateur ne puisse pas facilement transférer son billet à une autre personne dans le cas où il ne pourrait pas voyager.

À long terme, les règles de transférabilité des billets doivent être réformées. Les voyageurs qui assument le risque d’acheter des billets non remboursables des mois à l’avance devraient être considérés comme les propriétaires légitimes de la place. Ils devraient être autorisés à transférer librement ce siège à d’autres voyageurs en réalisant un bénéfice ou une perte.

Conseil d’économie n° 2 : Deux solutions réelles et originales à ce problème consistent à changer de nom ou à trouver quelqu’un portant exactement le même nom à qui vendre votre billet. Bien que ces solutions puissent sembler farfelues, elles ont toutes deux déjà été réalisées : l’une par un habitant de Toronto de 28 ans, Jordan Axani, qui a donné le billet de son ex-petite amie à un parfait inconnu portant exactement le même nom ; et l’autre par un habitant de Manchester de 19 ans, Adam Armstrong, qui a en fait changé son nom en Adam West à cause d’une erreur de billetterie.

Si ces options vous semblent trop absurdes, optez pour des compagnies aériennes dont les frais de changement sont faibles ou nuls. Gardez à l’esprit que la plupart des compagnies aériennes honorent les modifications gratuites de votre billet dans les 24 heures suivant son achat, ainsi que dans des circonstances extrêmes, comme un décès dans la famille (auquel cas vous devrez fournir un certificat de décès).billets d'avion

3. Volez avec des compagnies aériennes flexibles pour contourner les pénalités de modification

Vous voulez la meilleure offre pour ce voyage de vacances, alors vous achetez des mois à l’avance. Vous payez la compagnie aérienne en juillet pour des services que vous n’utiliserez pas réellement avant plusieurs mois. Si vos plans changent, presque tous les transporteurs vous facturent une pénalité si vous changez d’avis pour un voyage que vous n’avez pas effectué et que le transporteur n’a pas fourni. Ces frais de changement peuvent parfois s’élever à plus que le coût initial de votre billet !

Conseil d’économie n° 3 : Les compagnies aériennes fixent leurs propres règles en matière de frais de modification, et certains transporteurs sont plus impitoyables et inflexibles que d’autres. Choisissez de voler avec un transporteur qui est flexible en matière de changements. Il existe quelques autres mesures de sécurité, comme le fait de réserver avec une carte de crédit qui a une protection de voyage intégrée ou d’avoir une assurance voyage qui couvre le coût des frais de changement.

Les économies d’argent n’ont jamais été aussi importantes.

À long terme, les frais de changement de billet doivent également être réformés. Des frais de changement de 200 euros sur un billet de 150 euros sont absurdes. Les pénalités ne devraient pas être supérieures au prix initial du billet. Les familles qui achètent des mois à l’avance mais qui doivent rentrer chez elles quelques jours plus tôt parce que la vie arrive ne devraient pas être soumises à des pénalités et à des différences tarifaires insensées.

La réforme des billets à long terme est également nécessaire.

4. Connaissez vos droits

Donc, nous sommes en juillet et vous trouvez un billet bon marché pour rentrer chez vous pour les vacances. Nous sommes maintenant en octobre et vous devez faire un changement. La compagnie aérienne prétend que changer le billet de 200 euros que vous avez acheté pendant l’été coûtera désormais plus de 2 000 euros. Comment savoir si c’est juste ? Et s’ils se trompent ? Ce n’est pas parce qu’une compagnie aérienne affirme que vous devez 2 000 euros que cela signifie que l’agent de la compagnie lit correctement les règles du billet que vous avez acheté en juillet et calcule avec précision la différence de tarif ?

Conseil d’économie n° 4 : Il n’existe pas de conseil indépendant à la disposition des voyageurs pour résoudre ces litiges sur les différences tarifaires, il est donc important de connaître vos droits lorsque vous vivez une expérience de voyage cauchemardesque comme celle-ci. Il est toujours important de lire les petits caractères avant et après un de ces scénarios. Si vous avez des doutes sur la façon dont l’échange de billets a été traité, essayez d’appeler la ligne d’assistance pour travailler directement avec la compagnie aérienne sur le remboursement. Si vous avez toujours l’impression de vous faire escroquer, vous pouvez trouver un recours auprès d’un tribunal des petites créances, ce qui est même recommandé par le ministère des Transports, qui fournit également un guide pratique du consommateur pour les s qui choisissent d’exercer un recours auprès des compagnies aériennes.

À long terme, un conseil indépendant devrait être disponible pour résoudre les différends tarifaires entre les compagnies aériennes & ; les voyageurs

5. Évitez de faire revendre votre billet à des surenchérisseurs

Il n’est pas rare que les compagnies aériennes vendent des vols en surnombre, ce qui amène les passagers à se démener pour trouver d’autres options de vol ou tout simplement à être carrément évincés. Il existe un certain nombre de calculs que les compagnies aériennes font pour déterminer si elles doivent ou non survendre des vols, notamment la capacité de charge, la capacité maximale autorisée et les taux historiques de non-présentation. En fin de compte, il existe une équation mathématique qui permet de prédire la probabilité que votre vol soit surréservé. Un exemple récent s’est produit juste le mois dernier, le 18 septembre, lorsqu’un passager en classe affaires entre Athènes et Doha, au Qatar, a vu ses vols annulés et revendus à un meilleur enchérisseur.

Conseil d’économie n° 5 : Protégez-vous en effectuant des « vérifications « fréquentes de votre réservation entre la date d’achat et la date de départ. Une fois par semaine, entrez le localisateur de votre réservation sur le site web des compagnies aériennes pour vous assurer qu’elle est toujours là. Si vous ne pouvez pas voir la réservation, cela peut être le signe de problèmes potentiels. Au moins, vous pouvez contacter le transporteur pour résoudre le problème à l’avance plutôt que de prier pour une réparation de dernière minute à l’aéroport le jour du voyage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *