courses chevaux
Sport équestre, équitation

Courses de chevaux : la popularité du sport de nos jours

Les courses de chevaux font partie des disciplines les plus anciennes de l’histoire du sport. Lieu de théâtre des paris hippiques, elles ont longtemps été l’une des attractions phares pour bourgeois et prolétaires de l’ancienne époque. Cependant, avec la montée en puissance des autres disciplines, elles ont perdu en audience et en popularité. Alors qu’elles semblaient perdues à jamais, les courses de chevaux connaissent un nouvel essor depuis quelques années. Quelles sont les raisons liées à ce regain de popularité ? Les réponses dans cet article.

Un sport qui se réinvente

Le monde du sport évolue depuis de nombreuses années et toutes les disciplines s’évertuent à suivre la cadence. Du football au basket en passant par le rugby et le tennis, les grands changements dans chacune d’elles sont clairement perceptibles. Cependant, en ce qui concerne les courses de chevaux, elles semblent ne subir aucune évolution malgré le temps qui passe. C’est pour cela qu’elles ont longtemps gardé une image traditionnelle, mais surtout vieillissante.

La popularité du sport de nos jours ne reflète que les tentatives de la discipline pour en finir avec cette étiquette. Si l’histoire de la course de chevaux nous raconte qu’elle a toujours rassemblé des foules, le défi des organisateurs de nos jours, c’est de lui redonner tout son prestige. Et cela va des rénovations au niveau des hippodromes jusqu’à la promotion de chaque site de pari hippique. Il faut reconnaître qu’avec la montée en puissance des autres paris sportifs, les paris hippiques peinent à suivre le rythme.

Pour ce qui est des efforts entrepris dans le domaine, on pourrait citer le lancement du championnat des courses hippiques avec les EpiquE séries. Ces derniers vont permettre de redynamiser le secteur et de le mettre un peu plus en lumière. On pourrait également évoquer la promotion des courses hippiques enfants qui s’inscrivent dans une logique de rajeunissement du sport.

Une nouvelle génération de passionnés fortunés

L’histoire Courses de chevaux nous renvoie généralement l’image de deux types de propriétaires. D’un côté, vous avez les vieux paysans prenant soin de leurs chevaux en famille et les amenant sur l’hippodrome en camionnette. De l’autre, vous avez les riches propriétaires de chevaux qui s’arrachent les plus performants à prix d’or et qui ne manquent pas de bien exposer leur collection de trophées. Aujourd’hui, cette deuxième catégorie de propriétaires a beaucoup évolué. C’est une toute nouvelle génération de fortunés qui défile sur les hippodromes :

  • chefs d’entreprises ;
  • experts financiers ;
  • créateurs de marques ;
  • passionnés d’arts ;
  • restaurateurs ;
  • sportifs de haut niveau.

Ceux-ci participent non seulement à rajeunir le sport, mais également à le dynamiser. Si l’excitation des paris hippiques ne parvient plus à les satisfaire, les courses en elles même semblent être l’alternative parfaite pour décrocher le gros lot. Chaque année, ce sont des millions d’euros qui sont dépensés pour acquérir de nouvelles bêtes de courses. C’est une véritable communauté qui s’est développée entre ces propriétaires aux gros chèques qui se rassemblent même pour investir sur des chevaux.

paris hippique

Des partenariats avec des sports phares

Autre paramètre important ayant favorisé la popularité des courses hippiques de nos jours, ce sont les partenariats avec d’autres sports. Comme exemple, vous avez la collaboration entre l’ancienne star de la NBA Tony Parker avec Équidia et France Galop. On pourrait également souligner le partenariat entre l’équipe de France de football et le PMU.

Puisque les courses de chevaux ne sont pas en mesure de concurrencer ses disciplines en matière de popularité, elles ont préféré les utiliser pour se faire connaître. C’est d’ailleurs une stratégie assez payante parce qu’on en parle beaucoup plus et l’engouement autour est plus intense. Cela permet de modifier le cours de l’histoire Courses de chevaux pour les faire passer de discipline en déclin à sport populaire.

Une médiatisation par les réseaux sociaux

Nul ne peut négliger l’influence des réseaux sociaux dans tous les domaines sportifs. Ils permettent non seulement d’optimiser le partage des informations, mais également d’apporter plus de visibilité à chaque secteur. Bien que cela soit assez tardif, il faut savoir que les courses de chevaux profitent, elles aussi, aujourd’hui de cette médiatisation par Internet. À l’image de la page d’un site paris hippique ou celle d’un hippodrome populaire, toute la filière semble s’orienter de plus en plus vers cette fenêtre orientée sur le monde.

De nos jours, vous avez des communautés de parieurs et de passionnés sur divers réseaux sociaux. Très animés la plupart du temps, on y échange des pronostics d’experts comme Varieur Montague ou on organise des rencontres pour se connaître. Ce sont de petits groupes assez dynamiques qui participent à donner plus de poids et de lumière à la filière. Ils lui donnent un coup de jeune et une image plus professionnelle.

Un secteur plus organisé

Pour faire évoluer un sport, il faut des instances ambitieuses chargées de régulariser son fonctionnement et une organisation solide. Si on se réfère à l’histoire de la course de chevaux, on se rend compte que les compétitions ont toujours été organisées avec un grand sérieux et beaucoup de rigueur. Néanmoins, il y a encore peu, ce sont des paramètres qu’il était difficile d’apercevoir dans le domaine. Certaines courses donnaient l’impression de simples amusements entre passionnés de chevaux, ce qui faisait fuir les parieurs. Heureusement, depuis peu la branche est mieux entourée et les investissements dans l’organisation des courses sont plus importants.

Les changements sont perceptibles au niveau des grandes écuries de courses avec travers les sélections de chevaux, mais également sur les circuits. En effet, sur l’hippodrome, il n’est plus seulement question d’offrir un spectacle visuel, mais également d’assurer le confort des spectateurs. À l’ère où l’expérience compte plus que le produit, les promoteurs de courses ont compris qu’il fallait séduire les passionnés sûr et en dehors de la piste. Avec ce changement de point de vue, il n’est pas surprenant de voir la filière renaître de ses cendres.